L’agentivité africaine « alimentée par la Chine » et ses limites : Le cas de la RDC 2007-2019

Le président chinois Xi Jinping (2e à gauche) rencontre Bruno Tshibala Nzenze (2e à droite), le Premier ministre de la République démocratique du Congo lors d’une réunion au Palais du peuple, le 6 septembre 2018 à Pékin, en Chine. Image: Getty, Lintao Zhang
Le président chinois Xi Jinping (2e à gauche) rencontre Bruno Tshibala Nzenze (2e à droite), le Premier ministre de la République démocratique du Congo lors d’une réunion au Palais du peuple, le 6 septembre 2018 à Pékin, en Chine. Image: Getty, Lintao Zhang

La Chine fournit-elle aux pays africains une agentivité – ou capacité d’action – « alimentée par la Chine » pour défier d’autres acteurs extérieurs dans leur propre intérêt politique ? Ce fut le cas en République démocratique du Congo (RDC) de 2007 à 2009.

Un accord global avec la Chine – l’accord de la Sino-Congolaise des Mines (SICOMINES)- a permis au régime congolais d’avoir recours à une agentivité « alimentée par la Chine », montant ainsi la Chine et le Fonds Monétaire International (FMI) l’un contre l’autre. Pendant cette période, la RDC a pu obtenir un prêt chinois important pour ses infrastructures et bénéficier d’un allègement de sa dette dans le cadre de l’initiative d’allègement de la dette des pays pauvres très endettés (PPTE)1.

Cependant, les limites de la stratégie de levier financier « alimentée par la Chine » sont devenues évidentes depuis lors. Au cours de la période 2010–2019, la Chine n’a pas permis au régime congolais d’exercer une telle agentivité. Le « changement » autorisé par l’accord avec la Sicomines reposait sur le fait qu’il s’agissait d’un accord de financement à grande échelle négocié au plus haut niveau du gouvernement. Après l’accord de la Sicomines, l’approche de la Chine envers la RDC a changé. La Chine conserve des intérêts stratégiques forts en RDC et soutient toujours le régime congolais, mais dans les années qui ont suivi l’accord de la Sicomines, sa stratégie dans le pays a consisté à appliquer une diplomatie prudente, plutôt que faire des déclarations audacieuses et des offres de financement du développement à grande échelle. Cela montre que si les acteurs politiques des pays dépendants d’une aide peuvent effectivement être dotés d’une agentivité « alimentée par la Chine » qu’ils peuvent utiliser en relation avec la Chine et d’autres acteurs extérieurs, il s’agit d’un type d’agentivité circonscrite qui s’articule autour des propres intérêts stratégiques de la Chine.

31 May 2021
Download

File size: 838.00 KB

Research by
Series
SAIIA Policy Insights No 106, May 2021
Country
China, Democratic Republic of Congo
SAIIA Programme
Foreign Policy
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email
Scroll to Top